FAME « Around the world »

Ce spectacle a été joué dans plus de 25 pays comme l’Angleterre, les Etats Unis, l’Irlande, l’Australie, le Danemark, le Japon, la Corée, la Norvège, la Suisse, l’Afrique de Sud, l’Allemagne, l’Italie, la Finlande, l’Estonie, la République Tchèque, la France…
En Janvier 1993, une production à grande échelle démarre en Europe pour 4 années. Le spectacle sera dirigé par le chorégraphe Runar Borge. La production de West End (Angleterre) a été nominée à plusieurs reprises aux Olivier Awards.
Jusqu’en 2006, la production britannique dégagera un bénéfice de £56 millions. Un record pour ce type de spectacle. 
Depuis 1995, la comédie musicale de West End est divisée en sept troupes qui parcourent l’Angleterre et le monde entier.


Encore aujourd’hui, les plus grandes villes accueillent toujours ce spectacle : Barcelone, Stockholm, Milan, Londres, Cambridge, Madrid, Athènes, New York …

Fame sous toutes les coutures

En 1980, le film musical a été réalisé par Alan Parker et dans la foulée une version adaptée pour la télévision voit le jour. En 1988, la version scénique est née, d’après un livret de Jose Fernandez, des paroles de Jacques Levy, et une musique de Steve Margoshes. En 1997, une nouvelle série a vu le jour, Fame L.A. mais elle n’a connu qu’une seule saison.

A propos du film…

Fame s'avère être un film bien plus fouillé qu'un simple produit destiné à faire vendre des disques.

Loin de s'essayer à l'esthétique « clipesque » en vogue en ce début de décennie, Parker détourne les codes du film musical pour nous offrir un « drame choral » assez intimiste. On ne donne pas ici la part belle aux numéros musicaux, on préfère s'attarder sur nos apprentis saltimbanques et leurs propres démons. Parker dirige habilement ses jeunes acteurs, et si ces jeunes adultes ont tendance à agacer, c'est plus par leur écriture que par leurs performances. Le tour de force de Parker est fort audacieux, le voyage initiatique est éprouvant sur le plan émotionnel même s'il a la fâcheuse tendance à tirer en longueur. Mais Fame n'est pas là pour vendre du rêve à son public d'adolescents, il dépeint l'apprentissage du monde du spectacle sans concession, où les talents sont aussi là pour apprendre à faire face aux échecs et aux refus. Christopher Gore abat un travail de titan, en offrant à chaque personnage une véritable résonance et ne se cantonne pas aux élèves, il s'attarde aussi sur les professeurs, et les parents de ses artistes en herbe.

Le film n’est pas une comédie musicale, mais un film ancré dans une dure réalité, et Michael Seresin soutient le parti pris du réalisateur éclairant cette école de prestige complètement délabrée sans fioritures et toute en finesse, loin des shows spectaculaires des codes Hollywoodiens de la comédie musicale.

A propos de la série TV…

Aux États-Unis, Fame  a démarré sur la case du jeudi soir sur NBC. Faute d’audience, malgré sa popularité auprès des jeunes, la chaîne n’a pas renouvelé la série en 1984, qui a poursuivi sa carrière avec les droits vendus à des chaines privées.Si l’histoire se déroule à New York, Fame a été quasiment entièrement tournée dans les studios MGM de Los Angeles. Chaque saison, toute l’équipe partait à New York pour tourner les extérieurs.
Au cours de la dernière saison, Lydia Grant n’apparaît que dans des plans à l’extérieur. En réalité, l’actrice, Debbie Allen, avait été engagée à New York pour la comédie musicale Sweet Charity. La production a néanmoins souhaité conserver son personnage, l’un des plus emblématiques.
Au cours de chaque épisode de Fame, les étudiants participent à des nombreux numéros chantés et dansés. Il s’agit de l’une des spécificités de la série. Le célèbre générique de la série est entrecoupé du discours de la professeure de danse : « Vous avez un but, un rêve. Vous voulez la gloire, la célébrité. Et bien ça, ça se paie. Et ça se paie ici et chez moi en une seule monnaie : votre sueur ».

Parmi les récompenses obtenues par la série : un Golden Globe pour Debbie Allen en 1983 dans la catégorie Meilleure actrice et un Golden Globe en 1984 dans la catégorie Meilleure série comique / musicale.
En France, Fame  a été diffusée sur TF1 dès le mois de mars 1982, avant de rejoindre la case quotidienne de 13h50 en février 1985. La série sera ensuite rediffusée dans La Une est à vous quelques années plus tard.
Fame  a très largement inspiré la série espagnole Un, dos, tres, née en 2002, et diffusé à partir de 2004 sur M6.

A propos du spectacle…

Les auteurs de ce spectacle ne changent pas le titre directement issu du film et de la série. La comédie musicale va inspirer des générations à se battre pour la gloire et la célébrité, à allumer le ciel comme une flamme. Ce spectacle est conçu et réalisé par David De Silva maintenant reconnu sur toute la planète comme le « Père de Fame ». Cette comédie musicale haute en couleur a reçu un Oscar pour la chanson titre et de nombreux numéros dans un style pop entraînants.
Toutes les luttes, les craintes et les triomphes, des préjugés à la toxicomanie sont dépeints de manière tranchante. Cette vision très acérée colle parfaitement à la vie des jeunes artistes qui naviguent dans les mondes de la musique, de la danse et du théâtre. Ici, pas de trame complexe, d’intrigue haletante. C’est la Vie, celle de jeunes qui arrivent dans l’anonymat le plus complet et qui veulent trouver la Lumière au plus vite. D’abord apprenti, ils visent à devenir les maîtres.
Fame fait sensation dans le monde entier et continue à atteindre les nouvelles générations de public et d’interprètes.
Download Freewww.bigtheme.net/joomla Joomla Templates Responsive